POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 18 mai 2017

Législatives: il s'affiche en travesti; EELV lui retire son investiture

L'image "gay friendly" des écolos serait-elle usurpée ?

L'affiche électorale a fait son effet sur les réseaux sociaux


Douchka Markovic, candidate EELV sur la 17e circonscription de Paris, se montre au côté de son suppléant, Thierry Schaffauser, qui porte une robe, une perruque et un petit bouledogue noir dans ses bras. C'est la circo 75-17 (quartiers de la Goutte-d'Or et de La Chapelle, et une partie du 19e arrondissement, comprenant le quartier de la Villette) qui avait le privilège d'exprimer le renouvellement des idées et des moeurs. Mais l'amalgame contenu dans sa profession de foi était une provocation trop irrespectueuse de l'humain quel que soit son genre. "Avec Douchka Markovic, candidat(e)s pour la circo 75-17 à Paris. Défense des animaux, autodétermination de genre, droits des minorités".

Un aspect de l'écologie qui décoiffe et a valu à Thierry Schaffauser, travailleur du sexe, d'être immédiatement sanctionné. EELV lui a retiré son investiture pour avoir diffusé cette affiche, clamait l'ingénue, sans qu'elle ait été validée par Douchka Markovic qui se présente face au successeur de Daniel Vaillant, ex-ministre de l'Intérieur (2000-2002), soutien du philosophe Emmanuel Macron et de ses "péripatéticien-ne-s" de En marche !.L'écologiste est en chargée du développement durable, de l'alimentation et de l'environnement à la mairie du 18e
"On est sur des élections législatives, quand-même !"
Résultat de recherche d'images pour "Douchka Markovic"
Ci-contre au côté de Jacques Boutault (maire EELV du 2e arrondissement de Paris et soutien au peuple palestinien de Gaza et condamné par le Premier ministre Manuel Valls à l'Assemblée nationale pour sa participation à une manifestation pro-palestinienne) à la VeggiePride, la candidate avoue s'être prêtée de bonne grâce à la séance photographique. "Au départ, je me suis dit que c'était marrant", explique-t-elle. Mais lorsqu'elle découvre le cliché, rien ne va plus: "Je me suis trouvée horrible sur la photo. [En effet, son apparence ne supporte pas la comparaison avec son suppléant.] Le cadrage était horrible lui aussi. Et puis, on est quand-même sur des élections législatives".

Douchka Markovic aurait alors suggéré à son suppléant d'utiliser la photo litigieuse sur un tract, de ce qu'on abandonne au caniveau et à la vue des enfants, proposition refusée par Thierry Schaffauser qui la poste sur les réseaux sociaux, le 10 mai. L'affaire s'emballe.

Douchka Markovic présente sa démission à EELV, puis se ravise, n'assumant pas sa légèreté et considérant que c'est plutôt à son suppléant de se retirer. Les instances du parti sont saisies et le 11 mai, Thierry Schaffauser est désinvesti.

Pour lui, Douchka Markovic a cédé à des pressions extérieures. "Elle m'a écrit qu'on risquait de passer en dessous des 5% d'intentions de vote et qu'il fallait refaire la photo", raconte le militant écologiste, qui s'interroge sur son engagement politique.

EELV n'est pas celle que vous croyait

La candidate s'est prêtée à la mascarade, mais la cravate ne fait pas l'homme.
Lors du débat sur le projet controversé de mariage entre personnes du même sexe, deux maires, Jacques Boutault et Noël Mamère, deux écolos, étaient en pointe sur cette problématique. Dans les colonnes du Journal du dimanche, le socialiste Lionel Jospin avait tenu à rappeler que, pour lui, le mariage, c'est "l'union d'un homme et d'une femme". Mais les commentateurs avisés d'assurer que ce n'était pas un hasard. Les idées fausses ont donc la vie dure.



"Je peux comprendre que la photo puisse heurter ...les fachos, mais à l'intérieur du parti… Je pensais avoir des réactions négatives de l'extrême droite, des gens sur Twitter, mais je ne pensais pas que ça ferait ce scandale-là dans le parti. 
Alors, "fachos", les écolos ?
"L'image gay-friendly d'EELV est peut-être galvaudée", ou usurpée, conclut le jeune travailleur du sexe syndiqué au Strass, syndicat autogéré (2009) opposé au projet de loi de pénalisation des clients de prostitué.

L'hétérosexualité n'est plus la norme


Militant engagé depuis de nombreuses années sur les droits des personnes LGBT et des travaileur.se.s du sexe, Thierry Schaffauser assurait à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 Mars, que l’assignation à un sexe serait dépassée.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):