POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 14 avril 2017

Macron voudrait porter atteinte au fonctionnement des méthodes de communication moderne

Macron fait-il marche arrière sur le chiffrement bout en bout ? 

Le chiffrement bout en bout utilisé par WhatsApp, Facebook, Telegram, est depuis quelques jours dans le viseur d'Emmanuel Macron

Le candidat d'En Marche a beaucoup dérangé, jusqu'à ses fans en appelant à une grande conférence de négociations entre Etats et sociétés de l'Internet pour permettre à la police d'accéder aux données chiffrées des utilisateurs de ces réseaux et son directeur de campagne la joue En Marche arrière.  
Le candidat Macron pointe les applications grand public comme WhatsApp, Facebook Messenger ou encore Telegram dont le développement rapide est surtout dû à leur offre de chiffrement des conversations bout en bout. 

Le problème, c'est qu'on est en 2017, et plus précisément en pleine campagne présidentielle. Et que dans le contexte actuel de risque terroriste, la tentation de surenchère sécuritaire est forte parmi les candidats. 
Or, le candidat trentenaire semble être tombé dans le piège : le candidat d'En Marche a ainsi déclaré qu'il souhaite que cette grande conférence de négociations entre Etats et sociétés de l'Internet recherche un moyen d'accéder aux données chiffrées des utilisateurs de ces applications. 

Une proposition irréalisable, pour peu que l'on sache que les clés de chiffrement sont généralement possédées par l'utilisateur. La justice aurait ainsi beau demander à Facebook, Telegram et consorts de déchiffrer les conversations d'utilisateurs qu'elles ne pourraient techniquement pas satisfaire la demande à l'heure actuelle. C'est le principe même du chiffrement qui rend l'idée insensée. 

Deux autres tentations dangereuses 
s'offrent au candidat

D'une part, l'introduction de portes dérobées, comme l'a apparemment fait le FBI avec Windows 10, avec les résultats désastreux que l'on connaît. WhatsApp et Facebook ne devraient pas casser leur chiffrement si Macron était élu.

D'autre part, la découverte d'un moyen de casser ce chiffrement, voire de l'interdire, ce qui au choix fragiliserait la sécurité des communications, ou se révélerait irréalisable, sauf à réduire internet à un espèce d'intranet hexagonal. 

Mardi soir, Mounir Mahjoubi le directeur de campagne de Macron a donc publié une tribune.

ll y revient sur les élucubrations du candidat, pour assurer qu'il n'est finalement pas dans les intentions d'Emmanuel Macron de porter atteinte aux principes de fonctionnement des méthodes de communication moderne basées sur le chiffrement. 
Mais il poursuit en expliquant qu'il faut appliquer aux "opérateurs des obligations de coopération et de traitement des demandes", et aligner le statut des applications à celui des opérateurs de téléphonie, sujet sur lequel est justement en train de plancher la Commission européenne. 
Dans le cadre du chiffrement bout en bout, la trahison consisterait à livrer les métadonnées de l'échange (correspondants, heure des messages, localisation, etc.) sur requête judiciaire. 

La menace est réelle, car non seulement Macron est fermement décidé à contraindre les opérateurs, mais il est déterminé à étendre les pouvoirs des juges. Ce que le directeur de campagne de Macron présente comme une petite nuance n'est pas qu'une simple bourde de campagne. 
En mettant un coup d'arrêt au développement du chiffrement, l'ex-ministre de l'Économie et du ...Numérique de Manuel Valls entend véritablement contrôler nos communications privées,  Macron portant ainsi atteinte à notre liberté fondamentale d'expression et de communication.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):